top of page

Carnet de terrain - Lana

Dernière mise à jour : 17 mars 2022

Le 8 mars 2022


Cette semaine nous inaugurons un nouveau format pour le blog: le journal de bord se transforme en carnet de terrain! Pour continuer de suivre les recherches de Niels, Baptiste, Margot, Olivier, Clément et Lana rentrés en France, ils nous écrivent chaque semaine à tour de rôle pour nous donner des nouvelles.


Dans leur carnet de bord, ils nous feront part de leurs ressentis et évoqueront des éléments marquants de leur expédition, mais ils nous raconteront aussi ce qu’ils vont faire de toutes leurs données et échantillons à partir de maintenant. En effet, c’est le moment pour nos étudiants scientifiques d'exploiter et d’analyser leurs données en laboratoire. Une phase qui s’annonce riche en découvertes. En complément de ce carnet de terrain seront publiées des fiches qui retracent en détails la démarche scientifique de chacun de leur sujet de recherche, illustrée des premières images du terrain ! Nous y avons ajouté quelques documents sonores ou vidéo, nous espérons qu’ils vous permettront de mieux comprendre comment les protocoles sont construits et comment cela se passe sur le terrain.


Cette semaine, c’est Lana qui se lance pour nous raconter son aventure. Mais avant cela, quelques nouvelles de Margot et Niels : ils ont quitté la base scientifique il y a quelques jours et sont bien arrivés à Ushuaia au moment où ce carnet est publié. Après avoir passé tous les contrôles aux frontières, ils s’apprêtent à regagner la France. Nous avons hâte de les retrouver !


 

Le carnet de terrain de Lana



Coucou, je vais bien !


Je suis rentrée il y a tout juste un mois et la vie a vite repris son cours. Me voilà au Centre Scientifique de Monaco accompagnée de mon encadrante Céline Le Bohec (et Daniel Zitterbart de l’autre côté de l’Atlantique), pour essayer de percer de nouveaux mystères sur les manchots !


L’expérience en Antarctique a été incroyable, j’y ai bien sûr rencontré mes oiseaux préférés mais aussi découvert la recherche de terrain. Une journée de terrain dure environ 7h : on est dans la neige. Il fait parfois un peu froid mais on est tellement pris dans son étude qu’on en oublie le temps qui passe et on en oublie de manger et de boire pendant 7h !

Ce qu’il faut savoir c’est que sur le terrain rien ne se passe jamais comme prévu ! Par exemple, je regardais les images satellites des colonies de manchots pour essayer de prévoir le relief et d’anticiper mes plans de vols de drone, et bien le relief n’était jamais comme prévu !! (j’ai parfois frôlé de très près les falaises avec mon drone). Et puis les manchots sont des animaux imprévisibles, ils peuvent parfois occuper une très grande surface en se regroupant par petit patch. Il faut aller voir chacun de ces patchs pour savoir quelles espèces de manchots s’y trouvent, ce qui me fait beaucoup marcher dans la journée.

J’essaie d’abord de trouver un endroit en hauteur pour pouvoir voir le plus possible la colonie et comprendre comment elle se structure. Quand j’ai trouvé un bon endroit je peux modifier mes plans de vols en fonction du terrain et des manchots. Je connecte tous mes appareils au drone : le Lidar, son antenne etc. Je vérifie que tous mes instruments marchent : ce n'est pas toujours le cas et le froid n’aide pas beaucoup. J’ai pris l’habitude de toujours bien vérifier mon matériel, d’en prendre soin et de bien le ranger, je le chouchoute car il est précieux pour ma recherche. Dès que je récupère les données acquises par mon drone je les enregistre tout de suite sur mon ordinateur, on ne sait jamais.

Heureusement que mes amis sont là pour m’aider, c’est aussi ça la recherche : de la coopération et de l'entraide. Clément et Baptiste vont déposer les cibles qui servent de repères dans les images prises par le drone et relèvent leur position GPS, pendant ce temps j’ai le temps de préparer mon drone et plan de vol, ouf merci les copains !

Finalement, l'Antarctique a été une expérience très riche en émotion et fatigante, mais elle m’a permis de confirmer ma passion pour les milieux polaires et mon attirance pour la recherche de terrain qui nous pousse à être toujours plus créatifs et débrouillards. J’ai aussi compris l’importance des toutes les personnes qui ne travaillent pas directement comme chercheurs mais contribuent beaucoup à la recherche, par exemple les marins bien sûr mais aussi les ingénieurs qui ont conçu le drone et le lidar, ou les pilotes de drone qui m’ont formée ! On n’imagine pas toute la panoplie de métiers qui se cachent derrière une étude.


Maintenant il va falloir que je travaille sur les données acquises, pour ça je vais étudier toutes les colonies une à une pour les comparer et en déduire des tendances chez les manchots !


En complément de ce texte, nous avons ajouté de nouvelles ressources pour mieux comprendre mon travail, mon protocole et faire des activités (sonores !), n'hésitez pas à aller les découvrir par ici : https://www.j2d.org/ressources-peda


A bientôt !


Rédigé par Lana

297 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Kommentit


bottom of page